Composition du conseil scientifique

Composition du conseil scientifique

La composition du nouveau Conseil scientifique du Mémorial du Camp de Rivesaltes repose sur un certain nombre d’objectifs :

- Elargir le champ de la recherche historique, socle de l’activité scientifique de la structure, à d’autres sciences humaines, voire à des sciences dites « dures », conformément au projet de l’EPCC : c’est le cas pour Michel Agier (ethnologue et anthropologue), Henri Boyer (sociolinguiste), Alain Chatriot (Sciences Politiques), Marc Crepon (philosophe), Francis Eustache (neuroscientifique), Anne Muxel (sociologue), Jacques Walter (médiatisation des conflits et médiation mémorielle), Brigitte Sion (pratiques mémorielles et mémoire publique)

- S’adjoindre les compétences d’historiens spécialistes des populations passées par le camp : c’est le cas pour Geneviève Dreyfus Armand, et Alicia Alted, Fatima Besnaci Lancou et Abderahmen Moumen, Anne Grynberg et Brigitte Sion

- Intégrer dans ce nouveau conseil des scientifiques qui travaillent dans des institutions liées au projet de l’EPCC: Johana Barasz (DILCRA), Jacqueline Eidelman (Direction des publics au Ministère de la Culture et de la Communication), Brigitte Sion (Fondation Rotschild Europe), Rachid Bennegadi (Association Française de Psychiatrie Sociale)

- Intégrer dans ce nouveau conseil des scientifiques qui travaillent à la fois dans les universités du territoire départemental et régional (c’est le cas pour Nicolas Marty, de l’UPVD de Perpignan, de Jean François Berdah, de l’université de Toulouse-Mirail, d’Henri Boyer, de l’université Montpellier III), et à l’international (c’est le cas d’Alicia Alted, du CEME de Madrid, et de Peggy Frankston, de l’USHMM de Washington).

Michel AGIER

Ethnologue et anthropologue, directeur de recherches à l’Institut de Recherche pour le Développement et directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Travaille depuis des années sur les relations entre la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l'exil, et la formation de nouveaux contextes urbains. Dirige depuis 2013 le projet Paysage global des camps à l’ANR : anthropologie des déplacements, espaces de regroupement des personnes déplacées, réfugiées et exilées, camps de réfugiés et de déplacés, zones de transit. Travaille aussi sur la manière dont se créent les figures de l’étranger, et dont doivent être repensées les conditions d'une vie en exil, du point de vue des lieux et des cultures recomposées. A travaillé aussi sur la question des témoignages.

Alicia ALTED

Professeur au Département d'Histoire Contemporaine et directrice du Centre d'Etudes des Migrations et des Exils à l'Université nationale d'enseignement à distance de Madrid,. Ses recherches portent sur l'histoire politique et culturelle espagnole dans le XXe siècle, et l'analyse théorique et méthodologique de l'histoire du présent et de l'utilisation des témoignages oraux, de la photographie et du cinéma en tant que sources historiques. A notamment publié une thèse de doctorat sur la politique éducative et culturelle du nouvel Etat pendant la guerre civile espagnole.

Johanna BARASZ

Historienne diplômée de l'IEP de Paris qui a notamment travaillé sur les vichysto-résistants entre 1940 et 1944, chargée de cours à l'IEP de Paris, puis membre du cabinet de Vicent Peillon, ministre de l'Education nationale, est aujourd'hui déléguée adjointe, Conseillère Education et Transmission à la Direction Interministérielle de Lutte Contre le Racisme et l'Antisémitisme (DILCRA).

Rachid BENNEGADI

Psychiatre et anthropologue, président de l'Association Française de Psychiatrie Sociale, secrétaire général de la section de psychiatrie transculturelle de l’Association Mondiale de Psychiatrie, a notamment travaillé sur les politiques de l'altérité dans la rencontre clinique et sur les questions liées aux souffrances familiales et à la résilience.

Jean François BERDAH

Maître de conférences en Histoire contemporaine à l'université de Toulouse - Mirail, spécialiste de l'Espagne contemporaine et des relations internationales politiques européennes, membre de l'Institut Jean Monnet, a notamment écrit sur ​​l'histoire moderne espagnole, notamment sur la politique étrangère espagnole pendant la Seconde République et sur la guerre civile, en ce qui concerne les grandes puissances et l'exil républicain espagnol en France, ainsi que sur les notions de frontières (migrations, passages, imaginaires).

Fatima BESNACI LANCOU

Historienne et fille de harki ayant vécu dans le camp de Rivesaltes, éditrice, essayiste, fondatrice de l'association Harkis et droits de l'Homme, a publié de nombreux livres sur l'histoire des harkis et a mené depuis plusieurs années des collectes de témoignages, et travaille au rapprochement entre algériens, immigrés et harkis.

Henri BOYER

Professeur des universités en sciences du langage à l'université Montpellier III, licencié en espagnol, en linguistique et en lettres modernes, docteur ès lettres, sociolinguiste, a notamment travaillé sur le rapport entre les langues et le post-colonialisme, sur les politiques linguistiques, et sur les représentations du langage.

Alain CHATRIOT

Agrégé d'histoire, diplômé de l'IEP Paris, professeur des universités à Sciences PO, et docteur de l'EHESS, travaille sur l'histoire de l'Etat, des institutions et des politiques publiques en France, et sur la question de la représentation institutionnelle de la société civile.

Marc CREPON

Philosophe, directeur de recherche au CNRS et directeur du département de philosophie à l’ENS, qui travaille sur différents champs de recherche : comment penser en compagnie des guerres et des massacres, comment les questions mémorielles et le rapport à l’histoire collective peut être repensé aujourd’hui pour créer un espace commun et pas un espace public, question de la culture qui n’éradique pas la violence, etc … Met également sur pied à l’ENS une formation sur la manière dont l’histoire de la philosophie peut s’articuler sur un engagement de la réflexion dans les grands problèmes contemporains pour les étudiants.

Geneviève DREYFUS ARMAND

Docteur en Histoire, conservateur général honoraire des bibliothèques, ancienne directrice de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) et du Musée d'Histoire Contemporaine, et présidente du Centre d'études et de recherches sur les migrations ibériques (CERMI), est spécialiste de l'exil des républicains espagnols en France et directrice de publication de la revue Exils et migrations ibériques au XXème siècle.

Jacqueline EIDELMAN

Sociologue en Museum Studies, diplômée en sciences de l'Education, chercheur au CNRS puis chef de département de la politique des publics à la Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication, a travaillé sur la médiation culturelle et sur l'évolution des formations et des métiers de la médiation, notamment sur la sociologie de la démocratisation au musée, sur le rôle de la culture scientifique et technique dans la co-construction des savoirs, sur les études de publics et sur les nouvelles formes de médiations muséales.

Francis EUSTACHE

Neuropsychologue, directeur d'étude à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, professeur à l'université de Caen-Basse Normandie, directeur de l'unique unité de recherche française totalement dédiée à l’étude de la mémoire humaine, et spécialiste en neuropsychologie, il travaille sur les relations entre le cerveau et le comportement, notamment la mémoire et les maladies de la mémoire, et dirige des recherches sur les troubles de la mémoire et le diagnostic précoce des maladies neurodégénératives. Ses travaux, associant neuropsychologie et neuro-imagerie cérébrale, ont apporté des innovations majeures dans les domaines de la neuropsychologie et des neurosciences cognitives de la mémoire humaine et ont permis d’améliorer le diagnostic précoce des maladies neurodégénératives, grâce à l’élaboration et à la validation de procédures automatisées de traitement d’images.

Peggy FRANKSTON

Correspondante pour la France du US Holocaust Memorial Museum de Washington, qui travaille depuis de nombreuses années sur le partenariat scientifique entre les deux institutions

Anne GRYNBERG

Professeur des Universités à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales, directrice de recherche à l'université de Paris I Sorbonne où elle est co-responsable du séminaire sur l'histoire de la Shoah, chercheuse associée à l'Institut d'Histoire du Temps Présent (CNRS), directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la Commission d’Indemnisation des Victimes des Spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur sous l’Occupation (CIVS), qui a soutenu sa thèse sur les camps d’internement dans le sud de la France.

Nicolas MARTY

Agrégé d'histoire, professeur des universités et doyen de l'UFR Sciences Humaines de l'université de Perpignan, travaille sur l'histoire économique et sociale du Languedoc Roussillon

Abderahmen MOUMEN

Docteur en Histoire, chercheur associé au Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes, chargé de cours à l’université Lyon 22, chargé de mission pour les questions mémorielles liées à la guerre d'Algérie à l'ONAC/VG, travaille sur l’histoire des populations en Algérie, la Guerre d’Algérie et les mouvements migratoires entre l’Algérie et la France, et et plus précisément les migrations d’ordre politique.

Anne MUXEL

Sociologue et directrice de recherches en science politique au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po, spécialisée dans l’étude du rôle de la mémoire et de la transmission intergénérationnelle des comportements et des savoirs, travaille dans le domaine des attitudes et des comportements politiques, en privilégiant d’une part la sociologie électorale et d’autre part les phénomènes de socialisation politique, de transmission intergénérationnelle et de construction de la mémoire. Travaille également sur le rapport des jeunes à la politique. Ses travaux dans le champ de la sociologie politique s’attachent à la compréhension des formes du lien des individus à la politique : nouvelles formes d’expression et de participation politique, analyse du comportement électoral, significations de l’abstention. A également conduit de nombreuses recherches sur le rapport des jeunes à la politique, tant dans un cadre national que comparatif au niveau européen.

Brigitte SION

Docteur en Performance Studies de l'université de New York, enseignante, écrivain, universitaire spécialiste des pratiques mémorielles, de la mémoire publique et de la mémoire post-génocidaire, notamment sur les commémorations et les réponses artistiques. Elle mène également des travaux sur le tourisme, les médias et la communication liés aux lieux de mémoire, (son dernier ouvrage porte sur le tourisme dans les lieux de mort de masse), et est chargée de mission à la fondation Rotschild Europe.

Jacques WALTER

Directeur du Centre de Recherche sur les médiations à l'Université de Lorraine, spécialisé sur la médiatisation des conflits et la médiation mémorielle, et sur la sociologie des pratiques d'information et de communication. A travaillé sur les devenirs témoins des conflits des XXème et XXIème siècles, et est co-responsable de l’axe « Analyse qualitative des violences militantes et des processus de radicalisation » d'un projet sur les Violences et les radicalités militantes en France, soutenu par l'ANR.