Journées d'études du Mémorial

Journées d'études du Mémorial

Evènementiel

Le public est invité à interagir avec historiens, sociologues, anthropologues, et membres du Conseil Scientifique du Mémorial. Cette année les journées d’études traitent de la place du témoignage.

David Maugendre

Pour télécharger le programme : cliquez ici

Réservation indispensable : 04 68 08 39 70 / info@memorialcamprivesaltes.fr

Vendredi 23 mars : 18h30 - 21h

1ère session des journées d'études

Qu'est-ce que la vérité de l'histoire? De quelle vérité s'agit-il? Comment se construit le discours d'un individu? Comment s'élaborent la démarche historienne et tous les mécanismes de reconstruction du témoignage?

18h30 : intervention de Denis Peschanski

19h : regards croisés : Michel Agier, Henri Boyer, Jérôme Grondeux (sous réserve)

19h30 : intervention d'une classe de 1ère du lycée Jean Lurçat

20h - 21h : débat avec la salle

Samedi 24 mars : 10h30 - 13h

2ème session des journées d'études

Comment traiter scientifiquement les témoignages? Comment fonctionne la psychologie d'un témoin quand il parle? Quelles sont les intéractions entre le témoin et celui qui pose les questions?

10h30 : Intervention d'Emmanuel Debono

11h : Regards croisés : Alain Chatriot, Isabelle Chaudieu et Fatima Besnaci-Lancou

11h30 : Intervention du Lycée Jean Lurçat

12h - 13h : débat avec la salle

14h30 - 17h30 : 3ème session des journées d'études

Rôles et fonctions d'un Mémorial. Comment un Mémorial traite-t-il de la double fonction de la charge émotionnelle et de la réflexion sur l'histoire qu'il présente? Un Mémorial est-il un vecteur ou non de la construction de la mémoire collective?

14h30 : Intervention de Brigitte Sion

15h : Regards croisés : Jacqueline Eidelman, Agnès Sajaloli et Dominique Salomon

15h30 : Intervention d'une classe du lycée Jean Lurçat

16h - 17h : débat avec la salle

17h - 17h30 : clôture des travaux avec Dominique Salomon, 4ème vice-présidente en charge de la Culture, du Patrimoine et des langues régionales de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée et Hermeline Malherbe, Présidente du Département des Pyrénées Orientales

Biographie des intervenants :

Michel Agier : Ethnologue et anthropologue, directeur de recherches à l’Institut de Recherche pour le Développement et directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il travaille depuis des années sur les relations entre la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l'exil, et la formation de nouveaux contextes urbains. Il dirige depuis 2013 le projet Paysage global des camps à l’ANR : anthropologie des déplacements, espaces de regroupement des personnes déplacées, réfugiées et exilées, camps de réfugiés et de déplacés, zones de transit. Il travaille également sur la manière dont se créent les figures de l’étranger, et dont doivent être repensées les conditions d'une vie en exil, du point de vue des lieux et des cultures recomposées.

Fatima Besnaci-Lancou : Historienne et fille de harki ayant vécu dans le camp de Rivesaltes, éditrice, essayiste, fondatrice de l'association Harkis et droits de l'Homme, a publié de nombreux livres sur l'histoire des harkis et a mené depuis plusieurs années des collectes de témoignages, et travaille au rapprochement entre algériens, immigrés et harkis.

Henri Boyer : Professeur des universités en sciences du langage à l'université Montpellier III, licencié en espagnol, en linguistique et en lettres modernes, docteur ès lettres, sociolinguiste, a notamment travaillé sur le rapport entre les langues et le post-colonialisme, sur les politiques linguistiques, et sur les représentations du langage.

Alain Chatriot : Agrégé d'histoire, diplômé de l'IEP Paris, professeur des universités à Sciences PO, et docteur de l'EHESS, travaille sur l'histoire de l'Etat, des institutions et des politiques publiques en France, et sur la question de la représentation institutionnelle de la société civile.

Isabelle Chaudieu : chercheuse à l'Inserm de Montpellier

Jacqueline Eidelman : Sociologue en Museum Studies, diplômée en sciences de l'Education, chercheur au CNRS puis chef de département de la politique des publics à la Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication, a travaillé sur la médiation culturelle et sur l'évolution des formations et des métiers de la médiation, notamment sur la sociologie de la démocratisation au musée, sur le rôle de la culture scientifique et technique dans la co-construction des savoirs, sur les études de publics et sur les nouvelles formes de médiations muséales.

Jérôme Grondeux : Inspecteur général en histoire-géographie de l’Education Nationale, où il travaille à la contribution nationale sur l'esprit critique auprès de tous les acteurs de la communauté éducative, et enseignant à Sciences Po sur la vie politique française et les relations entre religions et politique.

Anne Grynberg : Professeur des Universités à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales, directrice de recherche à l'université de Paris I Sorbonne où elle est co-responsable du séminaire sur l'histoire de la Shoah, chercheuse associée à l'Institut d'Histoire du Temps Présent (CNRS), directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la Commission d’Indemnisation des Victimes des Spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur sous l’Occupation (CIVS), qui a soutenu sa thèse sur les camps d’internement dans le sud de la France.

Brigitte Sion : Docteur en Performance Studies de l'université de New York, enseignante, écrivain, universitaire spécialiste des pratiques mémorielles, de la mémoire publique et de la mémoire post-génocidaire, notamment sur les commémorations et les réponses artistiques. Elle mène également des travaux sur le tourisme, les médias et la communication liés aux lieux de mémoire, (son dernier ouvrage porte sur le tourisme dans les lieux de mort de masse), et est chargée de mission à la fondation Rotschild Europe.

Denis Peschanski : Denis Peschanski est le président du Conseil Scientifique du Mémorial du Camp de Rivesaltes. Il est directeur de recherche au CNRS. Spécialiste de la France sous l’occupation, le régime de Vichy et la Résistance, il a ouvert depuis quelques années un nouveau chantier transdisciplinaire sur les questions mémorielles. Denis Peschanski est membre depuis 2002 du Centre d’histoire sociale du XXe siècle, après avoir été à l’Institut d’histoire du temps présent. Il a aussi de nombreuses responsabilités scientifiques telles la Présidence du conseil scientifique du Mémorial de Caen. Il a publié de nombreux livres ou articles sur les années 1930-1940 et est co-auteur de trois films « la Traque de l’Affiche rouge » (2007), « La propagande de Vichy » (2008), et « La France des camps » (2010), tous trois coproduits et diffusés par France 2. Denis Peschanski est chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.